Arthur Lochmann

Image
Sa présence à la Baule
Arthur Lochmann sera présent pour Le Rendez-vous des écrivains.
Le samedi 30 novembre 2019 de 14h30 à 20h00
Le dimanche 1er décembre 2019 de 15h00 à 19h00
Planning en fin de page

Biographie

Arthur Lochmann a 32 ans et vit à Montreuil. Après des études de philosophie et de droit, il devient traducteur (pour Actes Sud, Allia, L’Olivier, P.O.L., Seuil etc…) et charpentier en France et en Allemagne.

Image

Le livre

La vie solide. La charpente comme éthique du faire (Flammarion)

Ce « récit d’apprentissage » mêle témoignage de chantiers et réflexions théoriques sur le métier de charpentier et l’artisanat en général. Il questionne les vertus de la transmission dans une époque de disruption.

Ce texte personnel est une enquête sur le retour en grâce des métiers artisanaux. Depuis quelques années émerge un phénomène : les très nombreuses reconversions pour échapper aux bullshit jobs, aux métiers déresponsabilisants, sans emprise sur le monde, dont les produits sont vagues et impalpables.

A l’heure où les trajectoires professionnelles sont de plus en plus fluctuantes, la pratique d’un métier artisanal répond à la quête de sens en procurant un fort sentiment d’utilité sociale. Elle permet aussi une reprise de contact – un rapport productif et non consommateur – avec la matière.

Un extrait du livre

.« La beauté du mot charpente, cette forte chair en pente, sonore et franche, ne fut pas étrangère à ma décision quand je me suis inscrit en CAP. Et comme beaucoup de termes du bâtiment, c’est aussi un mot qui s’est diffusé dans la langue française pour désigner l’ossature des corps ou l’organisation d’un raisonnement. C’est un mot qui rayonne, et qui m’a attiré sans que je sache précisément dans quoi je m’engageais.

Je confondais notamment charpente et menuiserie. L’une et l’autre, cela était à peu près clair pour moi, sont des affaires de bois. Mais comme le rappelle discrètement son radical, la menuiserie est l’artisanat des menus  ouvrages que sont les portes, les fenêtres, les parquets, les lambris et autres boiseries aux noms merveilleux : les plinthes et les cimaises, les impostes et les astragales, bien d’autres encore… Le menuisier est spécialiste des travaux de petite cognée, comme on a dit jusqu’au XVIIèmé siècle, par opposition à la grande cognée, l’imposante hache des bûcherons et des charpentiers. Bien davantage que la charpente, la menuiserie a affaire à la diversité des essences. Elle tire parti des qualités esthétiques des différents bois, de leurs teintes, leurs veines et leurs grains, elle met un ordre humain dans leurs beauté brutes. J’ai un jour assisté à l’une de ces opérations de sublimation. »

 


SA PRÉSENCE À LA BAULE

Arthur Lochmann  sera présent pour Le Rendez-vous des écrivains.

Le samedi 30 novembre 2019 de 14h30 à 20h00

Il participera à une table ronde

Samedi 30 novembre 2019

15h45-16h30 Espace Pierre Sastre (2ème étage)

Mémoire ouvrière

Le génie de l’œil et de la main

– Catherine École-Boivin
– Arthur Lochmann
– Joseph Ponthus

D’autres livres que les leurs

Avec Véronique Cabut, Arthur Lochmann, Eric Neuhoff, Jean-François Pitet, Jacques Santamaria, Jean et Marie-Josée Tulard.

Animation : Evelyne Jousset

En dehors de ces tables  rondes, retrouvez Arthur Lochmann sur le stand de la librairie L’Esprit large (1er étage) avec Mme  Nadine Dumas