Éric Neuhoff

Image
Sa présence à la Baule
Éric Neuhoff sera présent pour Le Rendez-vous des écrivains.
Le samedi 30 novembre 2019 de 14h30 à 20h00
Le dimanche 1er décembre 2019 de 15h00 à 19h00
Planning en fin de page

Biographie

Journaliste au Figaro et
au Masque et la plume, Eric Neuhoff a notamment obtenu le prix des Deux Magots 1996 pour Barbe à papa, le prix Interallié 1997 pour La petite Française, le Grand Prix du Roman
de l’Académie française en 2001 pour Un bien fou et
le prix Cazes en 2017 pour Costa Brava.En 2015, il a reçu le prix Prince Pierre de Monaco pour l’ensemble de son œuvre. Il vient de publier (Très) cher cinéma français (Albin Michel), qui a remporté le prix Renaudot Essai.

Image

Le livre

(Très) cher cinéma français (Albin Michel)

« HS. Kaputt. Finito. Arrêtons les frais. Le cinéma français agonise sous nos yeux. Il est à peine l’ombre de lui-même. Bientôt, on punira les enfants qui n’ont pas fini leurs devoirs en les obligeant à regarder les nouveautés. C’est ainsi, le plaisir est devenu une corvée. Si tu n’es pas sage, tu iras voir le dernier Ozon. »

Lu par Carine Azzopardi (France Info) :

Dans cette autopsie de 131 pages, Eric Neuhoff n’y va pas de main morte. Il décrit un cinéma français sous perfusion, sans fougue et sans imagination, ne survivant que grâce à un système d’aides publiques qui font sortir des œuvres qui, sans cela, resteraient lettre morte… Et ce ne serait pas plus mal. Voilà en substance le propos. Au fil de l’essai, son auteur ne cesse d’enfoncer le clou : « Polars mal ficelés, comédies pas drôles, petites romances à la con, on a droit à tout cela. » La perfusion, c’est celle de ce millefeuille d’aides publiques, allant du Centre national du cinéma aux chaînes de télévision, en passant par les régions. Alliez à cela des réalisateurs qui viennent pour la plupart du même milieu, sortent des mêmes écoles, et ne se déplacent au-delà des limites du périphérique parisien que pour aller tourner dans des studios en République tchèque ou en Belgique, parce que c’est moins cher, et vous aurez des films mort-nés à peine sortis en salle, avec des flops retentissants.

Extrait: « Ils seraient plus inspirés de tourner de meilleurs films. Cette tâche semble malheureusement au-dessus de leurs forces. Les plus malins se lancent dans des biopics laborieux. Dans Rodin, Vincent Lindon parle dans sa barbe. On le comprend encore moins que le député Jean Lassalle. Chez papa Garrel, des professeurs sautent sur leurs étudiantes dans les toilettes de la faculté. Ils ont toujours l’air fatigué (grave incohérence: vous avez vu l’emploi du temps d’un universitaire?). Le simple fait de mettre les mains dans les poches de leur duffle-coat suffit à les exténuer. Les filles vivent dans des chambres de bonne alors que celles-ci ont disparu de la circulation depuis des années. Aucun Belmondo ne leur demande s’il peut pisser dans le lavabo. De temps en temps, un des personnages saute par la fenêtre. C’est reposant. »

 


SA PRÉSENCE À LA BAULE

Éric Neuhoff  sera présent pour Le Rendez-vous des écrivains.

Le samedi 30 novembre 2019 de 14h30 à 20h00

Le dimanche 1er décembre 2019 de 15h00 à 19h00

Planning en fin de page

Éric Neuhoff participera à deux tables rondes

Samedi 30 novembre 2019

17h00 – 17h45 Auditorium (1er étage)

Le cinéma français est-il mort ?

Tué par la télé et par les subventions

­– Serge Joncour
– Éric Neuhoff
– Jean Tulard

Dimanche 1er décembre 2019

16h15 – 17h00 Brière (1er étage)

Hommage à Georges Simenon

Pour le 30ème anniversaire de sa mort

– Mylène Demongeot
– Éric Neuhoff
– Jean-Baptiste Neyrac
– Jacques Santamaria

Il participera aussi à un débat le dimanche 1er décembre 2019

17h30  Auditorium (1er étage)

D’autres livres que les leurs

Avec Véronique Cabut, Arthur Lochmann, Éric Neuhoff, Jean-François Pitet, Jacques Santamaria, Jean et Marie-Josée Tulard

En dehors de ces tables rondes, vous pouvez retrouver Éric Neuhoff sur le stand de la Maison de la Presse de La Baule,  en salle Brière (1er étage)