Accéder au menu atlantia

Calendrier des événements › Les anciennes rencontres

Jules Sonnet

Une fourmi parmi les éléphants : récit d’un enfant dyslexique, dysorthographique et précoce.

« Je suis un enfant de 10 ans dyslexique et dysorthographique avec un haut potentiel intellectuel. Ce livre raconte mon parcours du CP au CM2 avec toutes les difficultés à vivre avec ces troubles puis la rencontre avec une maîtresse qui m’a soutenu à un moment où j’étais perdu. C’est une histoire sur la différence… pour comprendre comment les mots peuvent blesser ou sauver, comment quelques astuces peuvent nous aider. RIEN n’est perdu c’est juste mal parti ! »

Bonjour Jules en tant que #TalentsEdilivre, pouvez-vous, pour commencer, nous résumer l’histoire d’Une fourmi parmi les éléphants ?

Bonjour je m’appelle Jules et j’ai onze ans. J’ai écrit un livre qui s’appelle « Une fourmi parmi les éléphants » car c’est ainsi que je me sens. Perdu dans la cour parmi les enfants qui sont, quant à eux, si à l’aise. Je voulais que les adultes et enseignants comprennent ce que sont les troubles DYS car beaucoup d’entre eux parlent en notre nom, mais ne sont pas dys eux-mêmes. Je voulais surtout apporter un témoignage pour que les enfants dans mon cas se sentent moins seuls et partager mon expérience  sur ce qui a pu marcher ou pas comme technique pour apprendre à lire et à écrire.

Pour vous, quel a été le plus dur lors de ce processus d’écriture ?

Le processus d’écriture s’est fait ainsi : Comme pour mes devoirs, je dicte à maman qui écrit pour moi sans en changer le sens ou le texte. Quelques personnes m’ont dit : « tu aurais pu te passer de ta maman ». Pour un texte court oui mais pour ce récit, il faut comprendre  que quand on est « dys » on écrit par forcément  le bon son, même avec un ordinateur. Il faut donc retrouver le bon mot, c’est fatiguant. Au-delà de la technique d’écriture le plus dur a été de se rappeler les moments très difficiles (CP, CE1…) avec ce qu’un professeur m’a fait subir. On a beaucoup pleuré, mais on a aussi vu le chemin s’éclaircir.

La dernière phrase de votre résumé est la suivante : « RIEN n’est perdu c’est juste mal parti !». Pourtant, votre livre est plutôt bien parti, c’est un véritable succès. Comment vous sentez-vous face à ce dernier ?

La dernière phrase du livre est un encouragement pour les enfants comme moi. C’est vrai que le début : c’est vraiment mal parti et difficile à vivre pour nous. L’incompétence des maîtres parfois, l’incompréhension, le rejet des autres enfants. Cette différence nous isole. Puis, j’ai fait une rencontre: ma maîtresse de cm1. Grâce à elle, l’espoir renaît  et cette phrase qu’elle m’a dite le premier jour de classe : « C’est pas grave jules ». Ce petit mot m’a remis dans la vie. Bien sûr, au niveau des ventes, je suis ravi car cela prouve bien que ce livre touche beaucoup de personnes.

Quelle promotion avez-vous mis en place afin de lancer votre ouvrage ?

J’ai juste fait une page Facebook où je raconte l’aventure du livre et mes journées à l’école. J’ai également eu un article dans la presse qui a beaucoup été partagé ainsi qu’un discours à la journée des dys qui a été vu 12 000 fois !

Pourquoi avoir choisi Edilivre pour ce titre ?

Edilivre est la seule maison d’édition qui a bien voulu éditer mon livre !

En tant que « dyslexique et dysorthographique avec un haut potentiel intellectuel » quelle a été l’épreuve la plus difficile et comment avez-vous réussi à la surmonter ?

Le plus difficile en étant dys à haut potentiel,  c’est le mélange dans la tête : avec la difficulté à lire, à écrire et le cerveau qui fonctionne trop vite, qui enregistre tout. C’est ce décalage avec les enfants et le regard étonné des adultes  quand je leur parle… Ce sentiment de n’être nulle part à ma place. Je n’ai pas encore réussi à trouver une solution… Peut-être en grandissant ça se ressentira moins. Enfin, l’étape que je n’ai pas réussi à franchir est d’avoir une réponse de Monsieur Macron à mon courrier concernant le droit des enfants dys !

Et ce succès, que vous a-t-il apporté quant à votre différence ?
Je ne le vis pas comme un succès mais je suis satisfait d’avoir mis des mots sur un handicap qui touche beaucoup de gens. Rien n’a changé dans ma vie.

Vous êtes donc entré en 6ème cette année. L’entrée au collègue a été une étape importante et stressante pour beaucoup d’entre nous. Comment s’est passée la rentrée ?

L’entrée en 6ème a été très stressante mais paradoxalement  je m’y sens bien. J’ai un peu plus d’amis et les cours sont plus intéressants. J’ai l’impression que nos différences sont de plus en plus prises en compte. Nous ne sommes plus noyés dans la masse, on peut passer inaperçus.

Vous êtes un jeune homme courageux et très inspirant. À la fin de votre livre vous remercier votre famille, votre maîtresse et le reste de votre entourage. Ce soutien semble très cher à votre cœur. Tout cet amour, vous rend plus fort… comme un éléphant ?

Oui, ce livre est dédicacé à ma famille et à ma maîtresse. Elle a voulu changer de prénom pour ne pas être reconnu. Moi je trouvais ça dommage car c’est grâce à elle que je vais mieux sur le plan scolaire. Elle m’a redonné foi en l’adulte, en l’école et au respect de moi-même en me forçant à me dépasser : toujours avec sourire et bienveillance. Et, à mes parents, à mes soeurs car ce n’est déjà pas facile un enfant « normal » mais un multi dys à haut potentiel qui parle tout le temps, qui pose toujours des questions, qui est déprimé, stressé et déscolarisé, et qui en plus n’arrive pas à lire et à écrire encore plus. J’ai bien conscience qu’il leur a fallu beaucoup d’amour et de patience pour me supporter.
Disons pas comme un éléphant mais plus léger… comme un papillon

Auteur à seulement 10 ans, c’est incroyable ! Peut-on s’attendre à un nouvel ouvrage prochainement ?

Oui ! J’écrire la suite de la fourmi qui sera sur le relationnel, les évolutions, les rencontres… Une sorte de bande de fourmis au milieu des éléphants.
Aussi peut-être plus de questions existentielles sur notre avenir car un enfant dys sera un adulte dys et cela m’inquiète  quand même.

Une fourmi parmi les éléphants
Jules Sonnet

Début : 6 octobre 2018 18 h 00 min

Fin : 6 octobre 2018 20 h 00 min

Lieu : Palais des Congrès Atlantia

Téléphone : 0240115151

Adresse :

119, avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny, La Baule, 44500, France

Prix : Gratuit

Cette événements est complet

p5_amouyeldansle-labo40-copieLe-Guide-anti-Alzheimer-Les-secrets-d-un-cerveau-en-pleine-formeMédecin de renommée internationale, Philippe Amouyel est professeur de santé publique au CHU de Lille et directeur de la Fondation Plan Alzheimer. Spécialiste des maladies du vieillissement, il dirige une unité de recherche de l’INSERM et le laboratoire d’excellence Distalz consacrés à la maladie d’Alzheimer. Membre du Conseil mondial de lutte contre la défense, il coordonne l’initiative internationale de recherche sur les maladies neurodégénératives.

Le livre, Le Guide anti-Alzheimer. Les secrets d’un cerveau en pleine forme

Où ai-je mis mes clés ? Où suis-je garé? Comment s’appelle-t-il déjà? Nous nous posons tous ces questions sans vraiment y prêter attention. Mais, avec l’âge, nous finissons par nous interroger: et si c’était la maladie d’Alzheimer?
Aujourd’hui, aucun traitement médical n’a encore été trouvé.
L’arrivée des premiers signes peut-elle être retardée? L’échéance de la maladie peut-elle être repoussée le plus tard possible? Et, si oui, comment y parvenir?

Philippe Amouyel livre ici un véritable guide du quotidien pour agir sur les facteurs d’apparition de la maladie d’Alzheimer, et ainsi la prévenir. Sont proposés de nombreux tests et conseils, organisés autour de rituels simples à appliquer régulièrement, accessibles à tous et fondés sur les données scientifiques les plus récentes. Quel que soit votre âge, vous trouverez ceux qui vous correspondent le mieux.

Avec Le Guide anti-Alzheimer, maintenez votre cerveau en pleine forme et profiter sereinement des années à venir.

Début : 28 septembre 2018 18 h 00 min

Fin : 28 septembre 2018 20 h 00 min

Lieu : Atlantia

Téléphone : 02 40 11 51 51

Adresse :

119, avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny, La Baule, 44500

Prix : Entrée libre et gratuite. Merci d'annoncer votre présence sur ce site

Le récit d’un homme qui retrouve l’amour à la fin de sa vie.
 

Le temps est venu de raconter ce qui s’est passé. Du moins tenter d’expliquer l’inexplicable, l’imprévisible. Comment dire l’indescriptible désarroi qui s’empara de moi quand Kirsten disparut ?


Brutalement, Daniel perd sa femme. Désespérément seul, il affronte son passé, ses démons, et son enfance marquée par des abandons successifs, lui qui n’a jamais connu son père.

Comment accepter d’être dépossédé, à douze ans, de l’amour exclusif de sa mère – éprise d’un nouvel homme ? Et comment oublier cette amitié – née au cours d’un été – avec Paco et Rosita, deux camarades espagnols ? À travers eux, l’Espagne est venue à lui ; une Espagne fantasmée et poétique qui ne le quittera jamais.

Il est des rencontres imprévues qui changent une existence… Mais, Daniel aura-t-il la force d’aimer encore ?



Avec Tu ne sauras jamais combien je t’aime9782749109701ORI, Daniel Prévost nous offre un récit littéraire bouleversant où la perte se mêle à la renaissance, et où l’espoir reste toujours permis.

Début : 4 juin 2018 18 h 00 min

Fin : 4 juin 2018 20 h 00 min

Lieu : Atlantia

Téléphone : 02 40 11 51 51

Adresse :

119 avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny, La Baule, 44500, France

Prix : gratuit

NumériserNormalienne, historienne, philosophe et journaliste, Diane Ducret a animé le Forum de l’histoire sur la chaîne Histoire, et réalise des documentaires pour l’émission « Des Racines et des ailes ».

En 2011, elle sort son premier livre, « Femmes de Dictateur », best-seller en France et traduit dans vingt langues. Un second tome paraît en 2012.

En 2013, elle publie « Corpus Equi », prix du premier roman à La Forêt des livres, coup de cœur de l’émission Le Masque et la Plume, un roman autobiographique véritable ode au cheval et à la liberté.

Elle publie en 2014 un essai sur le sexe féminin, « La Chair interdite » aux éditions Albin Michel.

En 2015, elle publie aux Éditions Perrin / Plon un ouvrage intitulé « Lady Scarface » qui raconte les destins croisés de femmes de gangster de la pègre américaine.

En janvier 2017, elle publie chez Pocket « Les Marraines du Crime », un ouvrage dans lequel, à partir d’archives déclassifiées, de journaux de l’époque, d’entretiens avec des descendants et de documents inédits, Diane Ducret dévoile l’intimité de ces femmes gangsters américaines durant les années folles.

En mars 2017, elle publie aux Editions Flammarion « Les indésirables ». Dans cet ouvrage, Diane Ducret nous raconte l’histoire du camp de Gurs dans les Pyrénées-Atlantiques. 

Cette année sort chez Flammarion un nouveau roman, La meilleure façon de marcher est celle du flamant rose, ou : Comment s’aimer soi-même quand la vie fait tout pour l’empêcher ?

La meilleure façon de marcher est celle du flamant rose

La loi de Murphy n’est rien comparée à la loi d’Enaid : tout ce qui est susceptible de mal tourner tournera plus mal encore qu’on aurait humainement pu le prévoir.

Après avoir été quittée à Gdansk par téléphone, Enaid se rend à l’évidence : les fées qui se sont penchées sur son berceau sont dû s’emmêler les pinceaux. Comment expliquer, sinon, la sensation qu’elle a depuis l’enfance qu’il lui a toujours manqué quelqu’un ?

Il y a de quoi se poser des questions quand les parents adoptifs sont en fait ses grands-parents, que la mère est danseuse de nuit, que le père change de religion comme de famille, que les bunkers de l’ETA servent d’école buissonnière. Et que l’accident d’un instant devient la fracture de toute une vie.

On peut se laisser choir ou faire le saut de l’ange. Etre boiteux ou devenir un flamant rose. Sur ses jambes fragiles, tenir en équilibre avec grâce par le pouvoir de l’esprit, un humour décapant et le courage de rester soi.

Début : 16 mai 2018 18 h 00 min

Fin : 16 mai 2018 20 h 00 min

Lieu : Palais des Congrès Atlantia

Téléphone : 02 40 11 51 51

Adresse :

119 avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny, La Baule, 44500, France

Prix : Gratuit sur réservation

9782081396197_OraheLeBienEtrePourLesEnfants_CouvBandeau_HDMannequin, actrice et maman de trois enfants, Estelle Lefébure est l’auteur de deux livres à succès chez Flammarion (30 000 exemplaires chacun) Orahe, la méthode Estelle Lefébure et Orahe, ma méthode anti-âge.

Comment partager le bien-être avec ses enfants ?

Savourez la vie en famille

Pour chaque âge de l’enfance, Estelle Lefébure propose :
Des recettes maison faciles et gourmandes.
Des conseils éducation, santé et bien-être.
Des exercices de yoga et de médiation.
Des astuces de maman et des coups de cœur.

« Pour rendre ses enfants heureux, il faut être un adulte heureux. À travers la nutrition, la santé, l’éducation, le yoga et la méditation, je vous propose des pistes pour vivre en harmonie. Un mode de vie accessible à tous pour savourer son quotidien comme une parenthèse enchantée. »

content/uploads/2018/03/Orahe.jpg » alt= »Orahe » width= »340″ height= »340″ class= »alignnone size-full wp-image-1849″ />Orahe-19782081359208

Début : 11 avril 2018 18 h 00 min

Fin : 11 avril 2018 20 h 00 min

Lieu : Palais des Congrès Atlantia

Téléphone : 02 40 11 51 51

Adresse :

119 avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny, La Baule, 44500, France

Prix : gratuit sur réservation

Histoire de la France
Jean-Christian Petitfils

De la scène inaugurale du partage de l’empire de Charlemagne jusqu’à nos jours, Jean-Christian Petitfils livre une fresque vivante et colorée de l’Histoire de la France.JEAN-CHRISTIAN PETITFILS - Histoire de la France - couverture

Portrait of Jean-Christian (Jean Christian) Petitfils 15/04/2016 Jean-Christian PETITFILS - Copyright obligatoire ©Maurice ROUGEMONT/Leemage/Éditions Fayard PHOTO LIBRE DE DROITS POUR LA PROMOTION DE L’ŒUVRE DE L’AUTEUR EN PRESSE ÉCRITE ET NUMÉRIQUE - DURÉE D’EXPLOITATION : 3 ans / sans exclusivité de 01/2018 à 01/2021 - TERRITOIRE France + Pays Francophones Pour toute autre utilisation contacter l’agence

Portrait of Jean-Christian (Jean Christian) Petitfils 15/04/2016 Jean-Christian PETITFILS – Copyright obligatoire ©Maurice ROUGEMONT/Leemage/Éditions Fayard PHOTO LIBRE DE DROITS POUR LA PROMOTION DE L’ŒUVRE DE L’AUTEUR EN PRESSE ÉCRITE ET NUMÉRIQUE – DURÉE D’EXPLOITATION : 3 ans / sans exclusivité de 01/2018 à 01/2021 – TERRITOIRE France + Pays Francophones Pour toute autre utilisation contacter l’agence

Au-delà des récits légendaires, ce vrai « roman national » se lit dans l’action des gouvernants, les transformations sociales ou économiques, le mouvement des idées, l’histoire des mentalités, le dévouement des grandes figures héroïques ou celui, plus obscur, des petites gens transportées par l’amour de leur pays.
Car n’en déplaise à ses détracteurs, il existe bien une identité de la France. Ce pays a traversé une multitude de bourrasques et de drames, a connu une pluralité de régimes politiques, de périodes fastes et néfastes. Peu à peu, son identité s’est façonnée autour de quelques piliers fondateurs : un État central propice à l’épanouissement de la nation, incarnant la justice au service du bien commun, défendant une laïcité ne reniant pas ses racines chrétiennes ; un État marqué par des valeurs universelles, permettant l’assimilation des peuples et des cultures. Des piliers fortement ébranlés aujourd’hui.
S’appuyant sur les données historiques les plus récentes, Jean-Christian Petitfils nous convie à un palpitant récit. Saint Louis, Jeanne d’Arc, François Ier, Catherine de Médicis, Henri IV, Louis XIV, Robespierre, Napoléon, Jean Jaurès, Clemenceau, mais aussi, plus près de nous, De Gaulle, Jacques Chirac, Simone Veil, Nicolas Sarkozy ou François Hollande, tous sont convoqués pour donner vie à ce tableau magistral.

Début : 7 avril 2018 18 h 00 min

Fin : 7 avril 2018 20 h 00 min

Lieu : Atlantia

Téléphone : 02 40 11 51 51

Adresse :

119 avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny, La Baule, 44500, France

Prix : gratuit sur réservation

Caroline Poiron est journaliste-photographe à France 2. Elle a publié Attentat Express au Seuil en 2013. Elle vit désormais en Loire-Atlantique, au bord de la mer.

Caroline Poiron et Gilles Jacquier sont journalistes de guerre. Ils s’aiment. Ils viennent d’avoir des filles jumelles. Le 11 janvier 2012, ils sont à Homs, en Syrie. Ils ne se quittent pas des yeux. Un moment, Gilles s’absente. Il est tué à la dérobée. Assassiné. C’est une mort illégitime.
Début d’une autre guerre, intime cette fois. Caroline sombre dans la dépression, se relève, s’occupe de ses enfants. Elle habite le quartier de la Bastille à Paris quand ont lieu les attentats contre Charlie puis le Bataclan. Les crépitements des kalaches la rattrapent sous sa fenêtre. Caroline est atteinte du syndrome post-traumatique. Elle devient alors une autre : Jeanne, le pseudonyme qu’elle utilisait comme signature pour ses photos de guerre. C’est aussi le prénom de sa grand-mère, une femme qui connut les temps noirs de l’Occupation et dansa à la Libération. Ce livre est un témoignage au souffle inouï, où le réel est transfiguré par la spiritualité, le récit du triomphe de la lumière contre le royaume des ombres.

«Je suis “Jeanne”… Je souhaite changer d’identité. Je ne veux plus être celle qui souffre. Jeanne est mon patronyme de souffrance, le nom obligé de ma crise. Je suis Jeanne parce que Caroline était une femme heureuse.
« Cinq ans que mon mari est mort dans mes bras. Cinq ans que mes bras ne le lâchent pas. Je suis Jeanne, oui. Je suis perdue. Je me rattache à la vie en écrivant ces pages. »

La photo est de Patrick Robert

Début : 16 mars 2018 18 h 00 min

Fin : 16 mars 2018 20 h 00 min

Lieu : Palais des Congrès Atlantia

Téléphone : 02 40 11 51 51

Adresse :

119 avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny, La Baule, 44500, France

Prix : Gratuit sur réservation

philippe coen PORTRAITS 20644Philippe Coen est juriste, avocat de formation et fondateur de Respect Zone, une ONG qui œuvre pour la prévention de la cyber-violence et la protection de l’enfance. Il a étudié à la Sorbonne, Harvard et La Haye

« Ce livre visionnaire – Internet contre Internhate – nous met en garde face à ce phénomène et surtout propose une nouvelle manière de promouvoir le respect entre humains.» Christophe André est médecin psychiatre.

Comment détoxer Internhate d’Internet ? Comment fabriquer l’antidote du poison numérique ? Peut-on extraire le mauvais buzz des réseaux sociaux ?

Plus que jamais, les réseaux sociaux sont devenus le terreau de souffrances, d’incitation à la haine, de complotisme et de radicalisation qui font peser une lourde menace sur la paix sociale et la démocratie.

A l’heure de la culture du selfie et des messages de quelque 140 caractères, comment prévenir les lynchages, les moqueries, les insultes, les déferlements de haine ou de menaces qui pullulent en ligne ?

L’auteur propose d’en découdre avec Internhate, pour identifier des possibilités de déconstruction de la haine. Avec son plaidoyer, Philippe Coen prône une philosophie du respect et de la non-violence. En intentant un procès à Internhate, il propose 50 propositions de « signal-éthique » pour construire du respect et de l’automodération.

L’auteur, architecte de l’initiative Respect Zone, interroge le rapport à l’altérité et donc à soi-même sur les réseaux sociaux. Il propose une approche disruptive pour rendre Respect by Design l’ergonomie des réseaux sociaux et des opérateurs responsables. Ce plaidoyer-manifeste, rédigé en forme de conclusions d’avocat, se veut un mode d’emploi accessible à tous.livre PC

Début : 10 février 2018 18 h 00 min

Fin : 10 février 2018 20 h 00 min

Lieu : Atlantia

Téléphone : 0240115151

Adresse :

119 avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny, La Baule, 44500, France

Prix : gratuit

Ève Ruggiéri est une productrice et animatrice française de télévision et de radio, née à Limoges le 13 mars 1939.

Ève Ruggieri est élevée à Limoges et Nice dans une famille de musiciens. Son père, Lucien Enrot, était contrebassiste, sa mère violoniste.

Elle a obtenu un premier prix de piano au Conservatoire de Nice. Abandonnant ses études dentaires, elle entre par concours à l’ORTF à Paris en 1960. Elle a d’abord travaillé à France-Inter dans les années 1960, avant de se tourner également vers la télévision dans les années 1970.

À la radio, de 1979 à 1988, elle a animé sur France Inter son émission phare Ève raconte, où, en direct tous les matins du lundi au vendredi, elle racontait la vie de personnages historiques célèbres, de Greta Garbo à Pou Yi en passant par Eva Perón, Maria Callas, Aimée du Buc de Rivéry, Ninon de Lenclos, Mata Hari, Sissi, Isadora Duncan, Charles Lindbergh, etc.

À la télévision, depuis 1982, elle anime l’émission Musiques au cœur, d’abord sur Antenne 2 puis sur France 2.

Elle est aujourd’hui la gérante d’une production de festival d’opéras comme le festival de Lacoste avec Pierre Cardin, le festival d’Antibes ou le festival des Journées lyriques de Chartres et d’Eure-et-Loir. Depuis septembre 2008, Ève Ruggieri présente Le Classique du jour, du lundi au vendredi à 8 h 45 sur Radio Classique.

Elle est également la mère de la journaliste chroniqueuse Marion Ruggiéri et la compagne, depuis 1991, du sculpteur Rachid Khimoune. Dictionnaire amoureux de Mozart - c

Début : 13 janvier 2018 18 h 00 min

Fin : 13 janvier 2018 20 h 00 min

Lieu : Palais des Congrès Atlantia

Téléphone : 0240115151

Adresse :

119 avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny, La Baule, 44500, France

Prix : Gratuit

Bakhita
Véronique Olmi

21083426_1947814648830086_1857015786988087373_o21246230_1950286561916228_8710846463024844121_o21015758_10156627311994899_2841836425330184228_oComédienne, romancière et dramaturge, Véronique Olmi a publié chez Albin Michel trois romans, Nous étions faits pour être heureux (2012), La nuit en vérité (2013), J’aimais mieux quand c’était toi (2015) et deux pièces de théâtre Une séparation (2014) et Un autre que moi (2016).

Son nouveau roman, Bakhita, est un des événements de la rentrée littéraire9782226393227-j

Elle a été enlevée à sept ans dans son village du Darfour et a connu toutes les horreurs et les souffrances de l’esclavage. Rachetée à l’adolescence par le consul d’Italie, elle découvre un pays d’inégalités, de pauvreté et d’exclusion.
Affranchie à la suite d’un procès retentissant à Venise, elle entre dans les ordres et traverse le tumulte des deux guerres mondiales et du fascisme en vouant sa vie aux enfants pauvres.

Bakhita est le roman bouleversant de cette femme exceptionnelle qui fut tour à tour captive, domestique, religieuse et sainte.
Avec une rare puissance d’évocation, Véronique Olmi en restitue le destin, les combats incroyables, la force et la grandeur d’âme dont la source cachée puise au souvenir de sa petite enfance avant qu’elle soit razziée.

Début : 12 janvier 2018 18 h 00 min

Fin : 12 janvier 2018 20 h 00 min

Lieu : Atlantia

Téléphone : 0240115151

Adresse :

119 avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny, La Baule, 44500, France

Prix : gratuit