Accéder au menu atlantia

Événements à venir › Les Rendez-Vous à venir

p5_amouyeldansle-labo40-copieLe-Guide-anti-Alzheimer-Les-secrets-d-un-cerveau-en-pleine-formeMédecin de renommée internationale, Philippe Amouyel est professeur de santé publique au CHU de Lille et directeur de la Fondation Plan Alzheimer. Spécialiste des maladies du vieillissement, il dirige une unité de recherche de l’INSERM et le laboratoire d’excellence Distalz consacrés à la maladie d’Alzheimer. Membre du Conseil mondial de lutte contre la défense, il coordonne l’initiative internationale de recherche sur les maladies neurodégénératives.

Le livre, Le Guide anti-Alzheimer. Les secrets d’un cerveau en pleine forme

Où ai-je mis mes clés ? Où suis-je garé? Comment s’appelle-t-il déjà? Nous nous posons tous ces questions sans vraiment y prêter attention. Mais, avec l’âge, nous finissons par nous interroger: et si c’était la maladie d’Alzheimer?
Aujourd’hui, aucun traitement médical n’a encore été trouvé.
L’arrivée des premiers signes peut-elle être retardée? L’échéance de la maladie peut-elle être repoussée le plus tard possible? Et, si oui, comment y parvenir?

Philippe Amouyel livre ici un véritable guide du quotidien pour agir sur les facteurs d’apparition de la maladie d’Alzheimer, et ainsi la prévenir. Sont proposés de nombreux tests et conseils, organisés autour de rituels simples à appliquer régulièrement, accessibles à tous et fondés sur les données scientifiques les plus récentes. Quel que soit votre âge, vous trouverez ceux qui vous correspondent le mieux.

Avec Le Guide anti-Alzheimer, maintenez votre cerveau en pleine forme et profiter sereinement des années à venir.

Début : 28 septembre 2018 18 h 00 min

Fin : 28 septembre 2018 20 h 00 min

Lieu : Atlantia

Téléphone : 02 40 11 51 51

Adresse :

119, avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny, La Baule, 44500

Prix : Entrée libre et gratuite. Merci d'annoncer votre présence sur ce site

Jules Sonnet

Une fourmi parmi les éléphants : récit d’un enfant dyslexique, dysorthographique et précoce.

« Je suis un enfant de 10 ans dyslexique et dysorthographique avec un haut potentiel intellectuel. Ce livre raconte mon parcours du CP au CM2 avec toutes les difficultés à vivre avec ces troubles puis la rencontre avec une maîtresse qui m’a soutenu à un moment où j’étais perdu. C’est une histoire sur la différence… pour comprendre comment les mots peuvent blesser ou sauver, comment quelques astuces peuvent nous aider. RIEN n’est perdu c’est juste mal parti ! »

Bonjour Jules en tant que #TalentsEdilivre, pouvez-vous, pour commencer, nous résumer l’histoire d’Une fourmi parmi les éléphants ?

Bonjour je m’appelle Jules et j’ai onze ans. J’ai écrit un livre qui s’appelle « Une fourmi parmi les éléphants » car c’est ainsi que je me sens. Perdu dans la cour parmi les enfants qui sont, quant à eux, si à l’aise. Je voulais que les adultes et enseignants comprennent ce que sont les troubles DYS car beaucoup d’entre eux parlent en notre nom, mais ne sont pas dys eux-mêmes. Je voulais surtout apporter un témoignage pour que les enfants dans mon cas se sentent moins seuls et partager mon expérience  sur ce qui a pu marcher ou pas comme technique pour apprendre à lire et à écrire.
 
Pour vous, quel a été le plus dur lors de ce processus d’écriture ?

Le processus d’écriture s’est fait ainsi : Comme pour mes devoirs, je dicte à maman qui écrit pour moi sans en changer le sens ou le texte. Quelques personnes m’ont dit : « tu aurais pu te passer de ta maman ». Pour un texte court oui mais pour ce récit, il faut comprendre  que quand on est « dys » on écrit par forcément  le bon son, même avec un ordinateur. Il faut donc retrouver le bon mot, c’est fatiguant. Au-delà de la technique d’écriture le plus dur a été de se rappeler les moments très difficiles (CP, CE1…) avec ce qu’un professeur m’a fait subir. On a beaucoup pleuré, mais on a aussi vu le chemin s’éclaircir.
 
La dernière phrase de votre résumé est la suivante : « RIEN n’est perdu c’est juste mal parti !». Pourtant, votre livre est plutôt bien parti, c’est un véritable succès. Comment vous sentez-vous face à ce dernier ?

La dernière phrase du livre est un encouragement pour les enfants comme moi. C’est vrai que le début : c’est vraiment mal parti et difficile à vivre pour nous. L’incompétence des maîtres parfois, l’incompréhension, le rejet des autres enfants. Cette différence nous isole. Puis, j’ai fait une rencontre: ma maîtresse de cm1. Grâce à elle, l’espoir renaît  et cette phrase qu’elle m’a dite le premier jour de classe : « C’est pas grave jules ». Ce petit mot m’a remis dans la vie. Bien sûr, au niveau des ventes, je suis ravi car cela prouve bien que ce livre touche beaucoup de personnes.
 
Quelle promotion avez-vous mis en place afin de lancer votre ouvrage ?

J’ai juste fait une page Facebook où je raconte l’aventure du livre et mes journées à l’école. J’ai également eu un article dans la presse qui a beaucoup été partagé ainsi qu’un discours à la journée des dys qui a été vu 12 000 fois !
 
Pourquoi avoir choisi Edilivre pour ce titre ?

Edilivre est la seule maison d’édition qui a bien voulu éditer mon livre !
 
En tant que « dyslexique et dysorthographique avec un haut potentiel intellectuel » quelle a été l’épreuve la plus difficile et comment avez-vous réussi à la surmonter ?

Le plus difficile en étant dys à haut potentiel,  c’est le mélange dans la tête : avec la difficulté à lire, à écrire et le cerveau qui fonctionne trop vite, qui enregistre tout. C’est ce décalage avec les enfants et le regard étonné des adultes  quand je leur parle… Ce sentiment de n’être nulle part à ma place. Je n’ai pas encore réussi à trouver une solution… Peut-être en grandissant ça se ressentira moins. Enfin, l’étape que je n’ai pas réussi à franchir est d’avoir une réponse de Monsieur Macron à mon courrier concernant le droit des enfants dys !
 
Et ce succès, que vous a-t-il apporté quant à votre différence ?
Je ne le vis pas comme un succès mais je suis satisfait d’avoir mis des mots sur un handicap qui touche beaucoup de gens. Rien n’a changé dans ma vie.

 
Vous êtes donc entré en 6ème cette année. L’entrée au collègue a été une étape importante et stressante pour beaucoup d’entre nous. Comment s’est passée la rentrée ?

L’entrée en 6ème a été très stressante mais paradoxalement  je m’y sens bien. J’ai un peu plus d’amis et les cours sont plus intéressants. J’ai l’impression que nos différences sont de plus en plus prises en compte. Nous ne sommes plus noyés dans la masse, on peut passer inaperçus.
 
Vous êtes un jeune homme courageux et très inspirant. À la fin de votre livre vous remercier votre famille, votre maîtresse et le reste de votre entourage. Ce soutien semble très cher à votre cœur. Tout cet amour, vous rend plus fort… comme un éléphant ?

Oui, ce livre est dédicacé à ma famille et à ma maîtresse. Elle a voulu changer de prénom pour ne pas être reconnu. Moi je trouvais ça dommage car c’est grâce à elle que je vais mieux sur le plan scolaire. Elle m’a redonné foi en l’adulte, en l’école et au respect de moi-même en me forçant à me dépasser : toujours avec sourire et bienveillance. Et, à mes parents, à mes soeurs car ce n’est déjà pas facile un enfant « normal » mais un multi dys à haut potentiel qui parle tout le temps, qui pose toujours des questions, qui est déprimé, stressé et déscolarisé, et qui en plus n’arrive pas à lire et à écrire encore plus. J’ai bien conscience qu’il leur a fallu beaucoup d’amour et de patience pour me supporter.
Disons pas comme un éléphant mais plus léger… comme un papillon
 
Auteur à seulement 10 ans, c’est incroyable ! Peut-on s’attendre à un nouvel ouvrage prochainement ?

Oui ! J’écrire la suite de la fourmi qui sera sur le relationnel, les évolutions, les rencontres… Une sorte de bande de fourmis au milieu des éléphants.
Aussi peut-être plus de questions existentielles sur notre avenir car un enfant dys sera un adulte dys et cela m’inquiète  quand même.
 


Une fourmi parmi les éléphants
Jules Sonnet

Début : 6 octobre 2018 18 h 00 min

Fin : 6 octobre 2018 20 h 00 min

Lieu : Palais des Congrès Atlantia

Téléphone : 0240115151

Adresse :

119, avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny, La Baule, 44500, France

Prix : Gratuit

Fatigue. Et si on apprenait vraiment à se reposer ?
Léonard Anthony, avec le docteur Adrian Chaboche

NumériserLéonard Anthony est souvent invité à intervenir sur l’édition numérique, l’innovation autour de la promotion de livres et de leur auteurs, l’avenir du livre et les enjeux globaux qu’affronte l’industrie culturelle dans le monde numérique (en particulier à HEC, au Salon du Livre de Paris, à l’École de Paris du management, à l’Université René Descartes…). Il pratique l’auto-développement: méditation, yoga niera et hypnose écologique.

Avec le docteur Adrian Chaboche, médecin spécialiste de l’approche globale et de l’hypnose médicale, il propose d’aller à la rencontre de la fatigue, et de s’en faire une alliée plutôt que de la combattre.

30 000. C’est en moyenne le nombre de jours que nous passons sur terre. En connaissance de cause, souhaitons- nous vraiment continuer à épuiser nos journées en les enlisant dans des habitudes contraires à notre épanouissement ?

Nous sommes fatigués de trop travailler ; fatigués de ne
pas trouver le sommeil ; fatigués de chercher l’âme-sœur ;
fatigués d’élever des enfants qui deviendront des adolescents épuisants ; fatigués de lutter contre les maux et les douleurs ; d’être disponible en permanence, smartphone à la main…

Et si nous faisions de notre fatigue une alliée ?

Début : 19 novembre 2018 18 h 00 min

Fin : 19 novembre 2018 20 h 00 min

Lieu : Palais des Congrès Atlantia

Téléphone : 02 40 11 51 51

Adresse :

119 avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny, La Baule, 44500, France

Prix : Gratuit

La Comédie (in)humaine

Nicolas Bouzou et Julia de Funès

Réunions interminables, séminaires sportifs, inflation des process : l’entreprise est devenue le lieu de l’absurde. Julia de Funès et Nicolas Bouzou partent en croisade contre l’absence de sens qui paralyse nos sociétés et proposent des solutions concrètes.

Pourquoi le management vire-t-il souvent à la tragicomédie ? Pourquoi les entreprises s’évertuent-elles à bâtir des organisations qui font fuir les meilleurs alors que leur principal objectif devrait être d’attirer les talents ? Comment remédier concrètement à ces dysfonctionnements insensés, sources de burn-out, bore-out et autres brown-out ?

Pour la philosophe et l’économiste, défenseurs acharnés de la libre-entreprise, il est urgent de laisser les salariés exprimer librement leur intelligence critique et redonner du sens à leur travail.
Ce n’est pas avec des babyfoots, des formations ludiques, des documents PowerPoint à n’en plus finir ou des Chief Happiness Officers que l’entreprise de demain sera le lieu de l’innovation, de la performance et du progrès !

Julia de Funès

Titulaire d’une double formation en Philosophie (Doctorat) et en Management des Ressources Humaines (Dess RH), Julia de Funès a commencé son parcours en chasse de têtes avant de retourner vers sa passion initiale, la philosophie, afin de la faire partager au plus grand nombre et transmettre toute la richesse de cette discipline aux entreprises, mais aussi au grand public à travers ses interventions médiatiques.
Elle a ainsi publié Coup de philo sur les idées reçues, aux éditions Lafon, a créé et présenté le programme quotidien « Le bonheur selon Julia », diffusé sur France 5, a animé une chronique philo sur BFM business dans le cadre de l’émission Club Media RH. Forte de cette expérience, Julia de Funès est particulièrement attachée à faire comprendre à chacun comment la philosophie permet de remettre en cause nos idées reçues, challenger nos convictions, nos raisonnements, nos comportements, et décrypter avec un regard neuf les enjeux du monde des affaires. 
En 2010, elle crée son cabinet de conseil en philosophie, Prophil conseil, et intervient auprès d’entreprises telles que: Thales, Edf, Adidas, Intercontinental, Canal +, Valrhona, Deloitte, Axa, Accenture, Accor, Chaumet, Afnor etc. 

Nicolas Bouzou

Économiste et essayiste français, directeur du cabinet de conseil Asterès et co-fondateur du Cercle de Belém, directeur d’études au sein du MBA Law & Management de l’Université de Paris II Assas.
Il écrit régulièrement dans la presse française (Le Figaro, Les Echos, L’Express, L’Opinion, Le Point, Le Monde) et dans la presse étrangère (Financial Times, Le Temps). Il a siégé au Conseil d’Analyse de la Société auprès du Premier Ministre (2010-2012).
Il est l’auteur d’une dizaine d’ouvrages. Le précédent a été publié en septembre 2017 par Les Éditions de l’Observatoire sous le titre « Le travail est l’avenir de l’homme ».

Début : 17 décembre 2018 18 h 00 min

Fin : 17 décembre 2018 20 h 00 min

Lieu : Atlantia

Téléphone : 02 40 11 51 51

Adresse :

119 avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny, La Baule, 44500, France

Prix : Gratuit. Merci de réserver.